Télécharger l’article en pdfimage_pdf

En images

08.2018

 

Co-créer une installation pour RECIPROCITY

Huit designers et céramistes encadrés par l’architecte Paolo Cascone ont collaboré pour la réalisation d’une installation qui sera présentée lors de l’exposition Precarious Architecture & Design au musée de La Boverie dans le cadre de RECIPROCITY design liège (du 5/10 au 25/11/2018).

Le workshop a eu lieu en août 2018 et fait partie d’une recherche que Paolo Cascone conduit depuis 10 ans sur la relation entre matériaux naturels, ressources locales et nouveaux processus de fabrication numérique. L’idée du workshop était double : raconter une histoire locale, celle des mineurs italiens, et établir une recherche collective sur des matériaux mêlant de l’argile à des terres des terrils de la région de Liège (composés essentiellement de schyste).

 

Un workshop en deux temps

La première phase était exploratoire. Le groupe a testé des mélanges de matériaux dans différentes proportions ce qui a permis de mettre au point un échantillonage. Cette recherche a permis, dans la seconde phase du workshop, de sélectionner une série d’échantillons intéressants afin de les reproduire en plus grandes quantités. Différents groupes ont alors travaillés sur la mise en forme du matériau à l’aide de plusieurs techniques comme l’impression 3D et d’autres, plus traditionnelles, comme le tournage ou le moulage.

 

Design et territoire

Tout cela a donc donné naissance à une matériautèque, une bibliothèque d’échantillons et de tests qui seront entreposés au sein d’une imposante structure en bois. Des archives historiques, sociales et culturelles locales, un véritable monument à la mémoire des travailleurs de la mine.

Cette installation nous montre que le design n’est pas uniquement un objet. C’est un processus de conception dans lequel le designer et son territoire sont intimement liés.

Nous avons confié un appareil photo jetable à Florian Dejardin, designer céramiste. Il nous fait part dans cet article de son expérience durant ces 20 jours de co-création.

 

Début de journée, on commence par un petit « meeting » pour faire le point sur l’évolution du travail. Paolo Cascone en profite pour nous expliquer quelques aspects techniques de l’imprimante 3D.

 

Après avoir fait une recherche sur les différents terrils de Liège, 3 terrils ont été sélectionnés : Batterie Nouveau, Bacnure et Violette. Des échantillons de terres y ont été recueillis.

 

Une première série de tests de terres mélangées à de l’argile. La première rangée n’étant pas cuite, on peut observer la belle couleur rouge brique obtenue après cuisson.

 

 

Emilie Jaguin (designer française) et Linda Topic (designer belge) effectuent un travail de recherche sur l’historique des mines et de ses travailleurs. Un travail qui accompagnera la série de tests de matériaux.

 

Yoann Bordes-Pagès (designer français) assisté par Chantal Gille (céramiste) amènent une série de variations dans les formes à imprimer, proposées par l’équipe de Paolo.

 

J’effectue ici le moule d’une pièce imprimée pour ensuite y faire des tests de coulage d’argile liquide.

 

Sonia Pignolet (céramiste), au poste de tournage, expérimente les différents mélanges à l’aide du tour.

 

Une maquette de la structure en bois qui prendra place au sein du Musée de la Boverie. Celle-ci accueillera l’ensemble de la recherche. Différents tests d’agencement y sont effectués.

 

Ici la recherche continue au niveau des visuels qui seront présents sur la structure. Une partie du travail réalisé par Selim Yafi (designer).

 

Toujours dans la réflexion sur l’agencement des différentes séries de pièces à travers un croquis et un code couleur. Tout ce travail n’attend plus qu’à prendre place !

 

 

Vous êtes designers et vous projetez de partir à l’étranger pour : une exposition, une résidence, une rencontre avec un éditeur ou une entreprise…
N’hésitez pas à nous en parler : veronique.closon@walloniedesign.be

Article rédigé avec le soutien du Fonds européen de développement régional.