Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le design au service de la transition circulaire

Wallonie Design mène des projets spécifiques sur la thématique de l’économie circulaire pour les entreprises et les designers du territoire wallon. Découvrez dans cet article pourquoi et comment le design a un rôle à jouer dans la transition circulaire.

Il va sans dire que nos modes de production et de consommation ne sont pas durables à bien des égards dans notre économie actuelle, dite linéaire… L’économie circulaire, quant à elle, tente de trouver des solutions en faisant circuler les matériaux et les produits en boucle fermée afin d’éliminer les déchets et le gaspillage de ressources. Le design joue un rôle important dans le modèle circulaire, que ce soit en appliquant des stratégies de conception permettant de prolonger l’utilisation des produits et matériaux (réutilisation, réparation, reconditionnement, recyclage) ou en contribuant à rendre les comportements de consommation plus durable.

Nos modèles économiques traditionnels sont « linéaires » : ils consistent à extraire des matières premières de la nature, à les transformer en produits et à les jeter comme des déchets après utilisation. Cette dynamique a des impacts conséquents sur l’environnement (dérèglement climatique, perte de la biodiversité…) et l’humain (qualité de l’air dégradée, pollution de l’eau, menace sur les ressources alimentaires…). 

L’économie circulaire est un nouveau modèle de production et de consommation qui garantit une croissance durable sur le long terme. Ces modes de conception sont inspirés de la nature, où rien n’est gaspillé et, par conséquent, où la notion de déchet n’existe pas.

Dans une logique circulaire, les produits, les services et les processus sont conçus pour fonctionner en boucle fermée grâce à des processus tels que l’entretien, la réutilisation, la remise à neuf, la refabrication, le recyclage et le compostage. Maintenir les produits, les composants et les matériaux à leur plus haut niveau d’utilité et de valeur en permanence engendre la réparation et régénération de la nature.  

L’économie circulaire repose sur trois principes liés à la conception : 

  1. Éliminer les déchets et la pollution 
  2. Faire circuler les produits et les matériaux (à leur valeur la plus élevée) 
  3. Régénérer la nature 

De ce fait, l’économie circulaire joue un rôle essentiel dans la résolution, voire même la prévention, des impacts sur l’environnement engendrés par nos modes de production et de consommation actuels. Car, en plus d’apporter des solutions aux problèmes de pollution, les initiatives de réutilisation et réparation (et in fine de recyclage) des produits permettent de :  

  • diminuer l’utilisation des ressources naturelles,   
  • limiter la perturbation des écosystèmes et l’appauvrissement de la biodiversité ;  
  • réduire les émissions annuelles de gaz à effet de serre, contribuant ainsi à la lutte contre le réchauffement climatique.   

Le passage d’une logique linéaire vers une logique circulaire implique reconsidérer les déchets (pour les voir comme des ressources), la croissance (pour la dissocier de la consommation) et la nature (pour comprendre que nous devons adapter notre économie à la nature, et non l’inverse). Cette dynamique implique des changements radicaux de nos modes de production mais également au niveau de la législation qui les règlementent, et plus généralement nos comportements et notre façon de penser.   

Tout ce qui nous entoure est le résultat d’un acte de conception : les produits que nous utilisons, les vêtements que nous portons, les bâtiments dans lesquels nous vivons, et même la manière dont nous nous procurons notre nourriture. Les décisions prises dès la phase de conception d’un produit ont un impact sur la façon dont il est fabriqué, utilisé et sur ce qui se passe lorsqu’il est cassé ou plus désiré.

On estime que plus de 80 % de l’impact environnemental d’un produit est déterminé lors de la phase de conception.  

RADJOU N. & PRABHU J. : Frugal Innovation – How to Do More with Less (2015)

Pour mettre en place une dynamique circulaire, il faut, dès la conception d’un produit ou service, penser une approche qui vise la restauration et la prévention, à l’inverse du modèle linéaire qui se conclut par la destruction. Dans cette perspective, chaque décision prise à cette étape est cruciale, car il est question d’optimiser l’utilisation des ressources, de diminuer drastiquement le gaspillage et d’améliorer l’impact sur l’environnement, à tous les stades du cycle de vie des biens et des services qui sont produits ou échangés. 

Parce que le design est acte de conception et parce que les choix opérés dès l’étape de conception sont cruciaux pour permettre la circularité d’une démarche, le design est un allié primordial de l’économie circulaire. 

Il existe des stratégies de design spécifiques qui se basent sur les principes de l’économie circulaire (élimination des déchets et de la pollution, maintien des produits et matériaux en usage le plus longtemps possible, régénération des systèmes naturels).    

Pour ce faire, il s’agit de limiter la perte de valeur des produits et matériaux en les faisant circuler en quatre boucles fermées : la réutilisation, la réparation, le reconditionnement et le recyclage. 

Faire circuler les produits et les matériaux en boucle implique de penser au-delà du produit lui-même. Pour ce faire, il est nécessaire de travailler dans une logique de chaîne de valeur et d’identifier les acteurs et partenaires qui interviennent, de près ou de loin, dans cette dernière.  

Le schéma ci-dessus souhaite également montrer que plus on s’éloigne de la réutilisation (première boucle), plus on perd de la valeur car le produit doit être réparé, transformé, démantelé et ces différentes transformations nécessitent l’utilisation de ressources (matérielles, humaines et financières) et d’énergie.  

Concevoir pour la réutilisation, la réparation, le réusinage ou le recyclage, c’est appliquer (et parfois combiner) les stratégies suivantes:  

  • Attachement et confiance : prolonger l’utilisation d’un produit en faisant en sorte que l’utilisateur s’attache  au produit, ce qui l’incite à le manipuler avec soin et le remplacer moins rapidement (durée de vie émotionnelle).  
     
  • Durabilité : (re)conception du produit pour garantir une longue durée de vie (robustesse et fiabilité).  
     
  • Standardisation et compatibilité : créer des pièces flexibles, permettant de les interchanger et de former plusieurs configurations.  
     
  • Maintenance et réparation : les composants qui constituent le maillon faible d’un produit doivent être facile à réparer et à entretenir afin de prolonger la durée de vie du produit.  
     
  • Adaptabilité et mise à niveau: (re)conception du produit afin de l’adapter aux souhaits changeants de l’utilisateur (ou potentiel nouvel utilisateur). La mise à niveau garantit que les nouvelles fonctions peuvent être ajoutées au produit pour aligner les futures générations de produits.   
     
  • Démontable / remontable : en rendant les parties d’un produit facile à désassembler (via des connexions amovibles), les pièces peuvent être facilement séparées pour être réutilisées dans d’autres produits tout en conservant leurs fonctions initiales.   

 Vous souhaitez en savoir plus ? Nous vous invitons à découvrir notre page Ressources qui met en avant des cas concrets d’entreprises sur des projets d’économie circulaire. 

Les acteurs impliqués dans la phase de conception sont nombreux, et les designers en font partie. En tant qu’organisme régional de promotion du design, Wallonie Design soutient le rôle du design dans l’économie circulaire et pense que les designers ont des compétences spécifiques et une position unique pour appliquer des stratégies de conception circulaire à grande échelle. 

Le plus souvent, un choix circulaire signifie ne pas acheter neuf mais conserver les objets et produits le plus longtemps possible, en prenant soin ou en les réparant, en les partageant.  Plus que repenser la manière dont les choses sont fabriquées, le designer peut également contribuer à rendre les comportements et habitudes de consommation plus durables en réduisant l’envie de surconsommer et en travaillant sur l’attachement des produits. L’expertise et les compétences uniques du designer peuvent contribuer à créer de nouveaux comportements de consommation et rendre le choix circulaire logique et simple pour les utilisateurs. 

Afin d’aider les designers à renforcer leurs connaissances et compétences, nous proposons des workshops gratuits pour les outiller sur différentes thématiques en lien avec des projets en économie circulaire. Retrouvez nos événements à venir ici.  

 

Article rédigé dans le cadre de la stratégie Circular Wallonia et avec le soutien du Plan de Relance de la Wallonie.

Articles liés

Notre visite de la Manufacture Bernard Depoorter

Designers et stylistes, concrétisez vos projets avec une bourse !

Ce que nous retiendrons de la Dutch Design Week 2023