Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Notre visite de la Manufacture Bernard Depoorter

Ce mardi 12 décembre, Wallonie Design a eu le plaisir d’emmener à Wavre une vingtaine de professionnelles et/ou artistes wallonnes du domaine textile, afin de découvrir la Manufacture Bernard Depoorter.


La Manufacture

Couturier et styliste belge, Bernard Depoorter a récemment eu l’immense opportunité d’acquérir une collection d’outils anciens dédiés à la parurerie florale. Cette collection rassemblant des pièces provenant à l’origine de onze maisons parisiennes différentes (Louis Sebillon, Vallerand, Noémie Fromentin, ou encore Judith Barbier) avait été jusqu’ici conservée en Charente-Maritime. Des outils, mais pas que… Cette opération de sauvetage d’un patrimoine artisanal menée avec sa collaboratrice Maryse Genet, historienne de l’art et plasticienne formée en peinture, gravure et impression textile, l’a également conduit à retrouver des textiles travaillés et apprêtés pour la création de fleurs artificielles. Des catalogues d’artisans datant du 18e siècle ont également été récupérés. C’est dans une volonté de préserver, de transmettre et d’enrichir ce patrimoine rare, que Bernard Depoorter et Maryse Genet réapprennent un savoir-faire presque oublié. Alors qu’on dénombrait 7.500 parureries florales en France en 1910, aujourd’hui, les maisons qui exercent cet artisanat dans le monde se comptent sur les doigts de la main…

Une collection de 16 tonnes d’outils anciens

Nous avons donc suivi Bernard Depoorter et Maryse Genet dans le grand bâtiment familial, ancienne imprimerie locale, qui accueille aujourd’hui les 16 tonnes d’outils anciens, les ateliers de confection mais aussi des vestiges archéologiques en lien avec cette pratique artisanale.

Nos guides nous emmènent tout d’abord dans le jardin intérieur de la maison, où au fil des saisons, ils peuvent observer et toucher des fleurs et des plantes naturelles : une inspiration constante pour leur travail ! Après une brève leçon d’histoire, nous entrons dans un premier atelier. Nous y découvrons les outils, servant à découper puis à gaufrer le tissu à l’aide de presses anciennes. Enormément de variétés de fleurs et de feuilles ont été autrefois moulées, grâce à la technique de la cire perdue, afin de créer ces ustensiles en cuivre permettant la reproduction artificielle des végétaux. Les formes obtenues à l’aide de ces outils sont nombreuses et vont de la fleur exotique à la fleur méditerranéenne, de la plante sauvage à la plante médicinale mais aussi de la feuille naissante à la feuille mature. Nous montons ensuite à l’étage dans un second atelier où sont assemblés les pétales, fleurs et feuilles précédemment découpés. C’est aussi à cet endroit que l’on « boule » ces éléments et que l’on procède à la mise en couleur des textiles à l’aide de pigments.

De Marie-Antoinette à … la Princesse Astrid de Belgique

Si les outils les plus anciens datent d’avant la Révolution Française, époque où Marie-Antoinette était friande de parures florales, les outils les plus récents conservés dans la Manufacture Depoorter datent de 1890.  C’est à l’aide de botanistes, d’historien·nes et d’archivistes qu’ont pu être menées des études au sujet de cet artisanat ainsi qu’un travail d’identification des outils et de leurs finalités. Au sein de la manufacture, Bernard Depoorter et ses collaborateur·rices tâchent tous les jours de se former à un savoir-faire rare et ancien. La manufacture crée régulièrement des ornements à destination de mariages mais amène également sa touche à la tenue de célébrités. On notera la broche décorée d’un chrysanthème noir que portait récemment la Princesse Astrid de Belgique lors d’un discours qu’elle a prononcé au Musée d’Art Contemporain de Sydney, dans le cadre d’une mission économique. Il est aussi possible de repartir avec une fleur lors de visites de la manufacture. L’une de nos invitées a d’ailleurs profité de cette occasion pour s’offrir une broche décorée sur place !

Prochainement, la manufacture va travailler en collaboration avec un chocolatier à la décoration de ses produits. Certaines confections à venir seront tournées vers les arts déco (le papier peint, par exemple). Bernard Depoorter souhaite également utiliser ce savoir-faire pour des projets d’arts contemporain (photo, peinture, sculpture). C’est donc une multitude de possibilités créatives et artistiques qu’explore la manufacture. Intéressé·e par cet artisanat ? L’entreprise est ouverte aux projets designs, artisanaux et artistiques !


www.manufacturebernarddepoorter.com

Photos: © Marie Cox / Wallonie Design


Cette visite a été organisée par Wallonie Design.

Article rédigé par Manon Dainotti,
Avec le soutien du Fonds européen de développement régional.

Articles liés

Le design au service de la transition circulaire

Designers et stylistes, concrétisez vos projets avec une bourse !

Ce que nous retiendrons de la Dutch Design Week 2023