Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Design hospitalier, le temps du déploiement

Le lab-ah est le laboratoire d’innovation culturelle par le design du GHU Paris. Fondé et dirigé depuis 2016 par Carine Delanoë-Vieux et Marie Coirié, le lab-ah s’appuie sur les compétences du design et du développement culturel pour concevoir et produire des expérimentations autour de l’accueil et de l’hospitalité, avec les usagers de l’hôpital : patient·es, familles et professionnel·les.

Le lab-ah associe les compétences du design et du développement culturel pour concevoir des médiations, mettre en œuvre des projets opérationnels et de recherche-action grâce à une équipe pluridisciplinaire :

  • Le design, pour donner forme à des projets et les expérimenter sur le terrain avec les personnes concernées en mettant la qualité du dessin — d’images, d’objets et d’espaces — au service du respect, de la dignité et de la mise en capacité d’agir de ces personnes.
  • Le développement culturel, pour faciliter le partage des connaissances et des œuvres de création comme patrimoine commun en intégrant les pratiques culturelles locales pour permettre à chacun d’interroger les héritages culturels et les pratiques dans le contexte des transformations qui affectent l’hôpital.

Dans son rapport d’activités 2020-2023, le lab-ah décrit ses axes de travail ainsi que les actions menées durant ces dernières années en détaillant la méthodologie, les prototypes, les processus, les premiers résultats, etc.

1. Concevoir de nouvelles ressources thérapeutiques

La communauté des hospitalier·ères, des usager·ères, des designers et des chercheur·ses se mobilise pour développer de nouvelles ressources de soin et de prendre soin afin de prévenir et gérer autrement les situations de crise. Les compétences du design apportent une contribution à cette ambition car elles placent l’expérience des usager·ères au cœur des options de conception. Le design porte dès lors des propositions garantissant des usages pensés collectivement et de soutien à la dignité des personnes.

Des espaces d’apaisement en unités d’hospitalisation : la conception collaborative et expérimentale des espaces d’apaisement du GHU Paris veut traduire dans les formes un changement de paradigme dans la prise en soin des usager·ères en privilégiant la contenance, l’autonomie, l’enveloppement et la découverte sensible.

Psyson : une enveloppe musicale pour la modulation de l’anxiété : l’environnement sonore et les pratiques musicales des patient·es en psychiatrie et en neurosciences constituent un enjeu remarquable. Aussi, le GHU Paris a-t-il décidé d’investir cette ressource prometteuse pour la qualité de la prise en soin des patient·es.

Une salle de retour au calme pour les enfants par la sensorialité : les troubles autistiques des enfants conditionnent leur rapport au monde. L’équipe de l’hôpital de jour Picot repense alors la salle de « retour au calme » des enfants au prisme de la sensorialité.

2. Faire vivre la qualité d’hospitalité

Le bien-être des patient·es et la qualité de vie au travail des professionnel·les doivent s’appréhender de façon globale et systémique, mais sans jamais oublier de prêter attention aux petits détails qui fondent la
qualité des liens dans la vie quotidienne. Le sentiment d’être accueilli·e, d’être considéré·e et le
droit à la dignité se jouent aussi dans l’accès à une information de qualité, la possibilité de s’orienter
de façon autonome et dans la qualité sensible et sensorielle des environnements.

La charte des accueils : sur quoi se fonde le sentiment d’être accueilli·e pour les patient·es de l’hôpital ? L’accueil est une étape clé dans le parcours des personnes, de même qu’il incarne la vitrine institutionnelle. Le GHU Paris a souhaité mener un projet de refonte globale du processus et des espaces d’accueil.

Favoriser l’accueil et l’accès à l’information à Neuro Sainte-Anne : comment favoriser l’accueil et l’accès à l’information des accompagnant·es des patient·es hospitalisé·es et par là favoriser leur meilleure intégration dans les services ? La construction d’un nouvel hôpital a été l’occasion d’explorer en amont l’expérience d’accueil de ces accompagnant·es.

L’accompagnement des projets d’hospitalité des équipes professionnelles : le lab-ah est soucieux de continuer à apporter un appui aux sollicitations des équipes qui souhaitent porter des améliorations à l’accueil et à l’hospitalité de leur service. Il s’agit ici de proposer un accompagnement et des ressources permettant aux services d’être plus autonomes dans leur action.

3. Partager les expériences

Le lab-ah a à cœur de partager et de diffuser son expérience et les implications théoriques afférentes au design dans le contexte hospitalier, pour mettre en pratique la valeur hospitalité. En tant que laboratoire, son action repose sur des questionnements et des hypothèses de travail plutôt que sur la recherche de solutions ou la mise en œuvre de méthodologies. Elle s’inscrit dans une réflexivité permanente dans laquelle toute sa communauté professionnelle interagit.
Afin de contribuer à l’émergence et au partage de connaissances nouvelles issues du terrain, un dialogue est nécessaire avec les chercheur·ses, les praticien·nes et les jeunes générations autour de ces thématiques. C’est pourquoi le lab-ah organise des journées d’études, des séminaires et rédige des articles.

L’approche du design hospitalier, portée par le lab-ah, permet très précisément d’allier ces deux exigences, écoute des usagers et participation active des professionnels. En étant au plus près du terrain, et par le recours systématique au principe de co-construction et de tests itératifs, le design permet aux équipes de concrétiser leurs idées et leurs intuitions, en les adaptant au réel et à la vie quotidienne des services. Le lab-ah invite et outille les professionnels et les usagers à repenser leurs contextes pour améliorer l’accueil et l’hospitalité. Grâce à ses compétences en conception et création, il donne forme aux idées et aux propositions des personnes impliquées.

Guillaume Couillard, directeur du GHU Paris
psychiatrie & neurosciences

Article rédigé avec le soutien de Wallonie Entreprendre.

 

Articles liés

Designer : portrait d’un métier au-delà des clichés

Un laboratoire d’innovation publique avec le design de service

Les stratégies derrière le design des transports en commun