Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Entrevue avec Nicolas Brevers, fondateur de Gobolights

Fraîchement installé à La Hulpe, Nicolas Brevers a ouvert un tout nouveau showroom ainsi qu’un atelier dans lesquels il conçoit et expose les luminaires de sa marque, Gobolights. Guidé par l’idée de concevoir en suivant les principes de proportion parfaite et d’harmonie, le designer et artisan n’a cessé de se professionnaliser. Aujourd’hui, Gobolights compte plusieurs collections de luminaires et offre à ses client·es des pièces sur mesure. 


Nicolas Brevers a récemment quitté son atelier partagé bruxellois (LaVallée) pour inaugurer son propre showroom à La Hulpe, dans un bâtiment qui fut anciennement un atelier familial de confection. La situation géographique du lieu permet à son propriétaire de travailler au plus près de la nature tout en gardant ses connexions avec la capitale. Un choix qui prend tout son sens quand on sait que les concepts de nature et de connecteurs orientent en permanence Nicolas Brevers dans son travail de designer.

Le travail manuel avant tout !

Issu du domaine de la chimie puis de l’informatique, Nicolas Brevers a évolué dans le monde du design de façon autodidacte : une spécificité qui lui aura sans doute valu une progression naturelle et fluide, guidée avant tout par son intuition et son envie de créer, le besoin d’explorer puis de démultiplier. Le designer qui a pu s’entourer au fil du temps (on notera sa collaboration avec Hubert Verstraeten – Tamawa – pour le tournage fraisage des pièces en laiton) insiste sur la notion d’artisan qui le définit également. S’il conceptualise ses luminaires par le dessin, cette étape est rapidement suivie par le travail manuel, absolument essentiel. Ce processus de création organique, les client·es pour qui Nicolas Brevers crée des pièces sur mesure en ont conscience et tiennent compte du temps de l’artisanat nécessaire à la conception. Vers le particulier ou via les architectes d’intérieur, les luminaires Gobolights se vendent en Belgique mais s’exportent aussi maintenant en Europe et aux États-Unis.

Une inspiration puisée dans la nature

La géométrie sacrée, le nombre d’or et ses proportions que l’on retrouve dans la nature (un tiers – deux tiers) l’ont inspiré dès les origines de ce processus créatif en 2015. Si au départ, le designer créait des sculptures lumineuses qui prenaient la forme de polyèdres symétriques, les luminaires qu’il conçoit aujourd’hui n’ont rien perdu de leur aspect sculptural. Et les matières tels que le laiton ou l’opaline, qui ont très tôt fait leur apparition dans les luminaires Gobolights, figurent toujours parmi les composantes principales. À force de travail et de persévérance, le designer présente aujourd’hui des produits avec une haute qualité de finition.

Des petites pièces connectrices ont aussi été inspirées de la nature. Leurs finalités de changement et d’adaptation exercées sur les luminaires font de ces pièces des éléments essentiels à la structure qu’elles intègrent. Grâce à ces connecteurs reliant des tiges de laiton au bout desquelles se trouve un globe lumineux, les luminaires de Nicolas Brevers sont modulables, offrant ainsi une grande liberté de création au designer pour qui il est possible d’imaginer une infinité de combinaisons. En fonction de l’espace qui lui est confié, il lui est également possible de varier les tailles de ces luminaires, de la petite pièce à la création plus conséquente à destination de grands espaces tels que des cages d’escalier. En outre, le designer a travaillé, et travaille toujours actuellement sur des projets qui intégreront des bâtiments publics à haute valeur patrimoniale. Son intervention dans l’ancienne maison Jean Felix Hap à Etterbeek en est un exemple.

Une avalanche d’idées… lumineuses !

Les collections Gobolights ne cessent de se diversifier. Si les luminaires les plus courants sont des suspensions, le designer développe actuellement des appliques murales dont les verres intégrés sont conçus avec de nouvelles composantes. Lors de notre visite, nous avons également remarqué une nouvelle pièce pour sa collection Falko en profilé de laiton. Enfin, Nicolas Brevers est pour l’instant en train d’axer ses recherches sur la patine de laiton et nous pourrons prochainement découvrir de nouvelles pièces sur lesquelles cette technique ancestrale apparaitra.

Sa volonté est que Gobolights reste une entreprise à taille humaine. De nouvelles personnes pourront sans doute prochainement intégrer l’atelier et sa gestion, mais toujours dans un objectif d’entreprise familiale. Une chose est sûre, Nicolas Brevers a beaucoup de projets en tête et ne cesse d’agrandir ses collections ! Une affaire à suivre…


www.nicolasbrevers.com

Photos © Sven Hanssen (www.svenhanssen.be) / Thomas Bessat


Article corédigé par Manon Dainotti et Marie Dedry,
Avec le soutien du Fonds européen de développement régional.

Articles liés

La parole aux designers wallons établis au-delà de nos frontières : Quentin de Coster

La parole aux designers wallon·nes établi·es au-delà de nos frontières : Pierre Leclercq

Joan Bebronne, fondatrice de la marque Mademoiselle Jo