Télécharger l’article en pdfimage_pdf

Mise en lumière

septembre 2018

« Il n’y a pas de problème, que des solutions. » Cette devise pourrait être le slogan de Carat Duchatelet, société spécialisée dans l’aménagement et le blindage de véhicules de prestige.

Quarante-sept employés, dont deux designers industriels, font de Carat Duchatelet une entreprise reconnue internationalement pour la qualité de la finition et du produit final. Ils apportent leur savoir-faire dans la production de voitures reconditionnées et personnalisées d’exception à travers plus de dix métiers du secteur automobile.

Nous avons eu la chance de passer les portes de cet atelier remarquable situé à Liège et de rencontrer Thiebaut Carlier, designer industriel intégré.

 

Une entreprise, une histoire…

Dans les années 60, Monsieur Duchatelet débute ses activités en tant que carrossier. Sur son temps libre, il personnalise de vieilles voitures qui vont faire sensation. La société Carat Duchatelet voit alors le jour et se spécialise dans la personnalisation de voiture de luxe.

Le contexte des années 70 voit croître la demande de véhicules blindés. L’entreprise prend alors un nouveau tournant. Viendra ensuite le goût pour les véhicules allongés et rehaussés.

Depuis lors, la clientèle est constituée principalement de chefs d’état, de dirigeants politiques et de riches entrepreneurs. L’adaptabilité et la grande connaissance de Carat dans le domaine du blindage, leur permettent également de travailler pour des projets militaires.

 

Un design adaptable et flexible pour des projets uniques

Deux designers industriels sont engagés à temps plein dans l’entreprise. Avec un ingénieur, ils font partie du bureau de recherche et développement (R&D).

De prime abord, le designer industriel dans le domaine automobile est perçu comme un concepteur de belles lignes et d’aménagements intérieurs pour les voitures de demain. Chez Carat Duchatelet, le métier du designer est davantage tourné vers l’identification de solutions techniques pour répondre à des demandes personnalisées. Il se doit d’être rapide et efficace car l’entreprise a, tout au plus, 6 à 8 mois pour concevoir et produire un projet de transformation de voiture. Peu de temps est donc accordé à la recherche que cela soit en matière de style ou d’exploration des possibles. C’est pourquoi, le designer doit posséder de grandes compétences techniques pour justifier ses choix et permettre au projet d’évoluer rapidement.

 

« On ne peut pas se contenter de faire du dessin, du style, juste faire quelque chose de joli et se dire que ça pourra se vendre. On répond à une demande personnalisée, il faut que cela puisse être monté et assemblé par l’équipe avec notre fiabilité technique et, parfois, des exigences environnementales. »

Cependant, pour certains projets, l’entreprise fait appel à des designers externes afin d’avoir un regard neuf notamment en termes d’aménagement intérieur.

 

Designer industriel chez Carat, un métier aux multiples compétences 

Thiebaut Carlier travaille dans la société depuis 12 ans. Le fonctionnement de l’entreprise et l’univers des véhicules blindés n’ont, aujourd’hui, plus de secret pour lui. Des compétences qu’il a acquises au fil des années :

  • Conception du produit 

Dessin d’aménagements d’espace intérieur en relation avec un ingénieur ou un technicien pour confronter le dessin à la réalité de ce qu’il est possible de faire. La modélisation 3D des pièces, la mise en plan de production et l’ergonomie sont aussi des étapes importantes dans le processus de conception.

« Au niveau du dessin technique il y a tout un panel de choses à connaître, sur Photoshop et CAO notamment, ce qui n’est pas toujours dans les compétences du designer quand on sort des études. »

 

  • Production

En relation avec les différents ateliers, s’assurer que ce qui a été dessiné et conçu se monte correctement. Parfois assister les techniciens et faire des modifications.

« On ajoute entre 1500 et 2000 pièces dans une voiture. 5 pourcents de ces pièces vont nécessiter une modification. »

 

  • Influence dans la stratégie de l’entreprise 

Les designers employés sont des passionnés du monde de l’automobile. Ils connaissent les tendances et les goûts actuels en matière style et de personnalisation. Ils relaient donc leurs connaissances au commercial et à la production pour que l’entreprise soit toujours au fait des nouveautés et des besoins du marché.

« Il faut connaître les nouveautés et voir ce qui est disponible sur le marché mais aussi quelles sont les attentes des consommateurs. Il faut avoir un bon background en termes de matériaux. Nous allons donc sur les foires de produits militaires pour les matériaux de blindage, les salons automobiles pour voir les tendances au niveau du design, des matières, des nouvelles technologies. »

 

  • L’archivage technique des pièces 

Ce qui permet de valoriser les acquis de chaque projet en les réinjectant dans d’autres projets.

« Nous avons un fichier de données reprenant toutes les pièces que nous avons développées. Il nous arrive donc souvent d’utiliser un même modèle dans deux voitures différentes ou de l’adapter pour un autre projet. Cela nous permet de gagner un temps considérable en conception et production. »

 

Le designer au cœur des interactions

Vu les délais très courts, les designers échangent en permanence avec les chefs d’atelier, les techniciens et la R&D afin d’adapter au mieux les coûts, le temps de production et la manutention de l’équipe.

© Debby Termonia

 

En fonction de la demande, la R&D ajuste le projet en s’appuyant sur son expérience. Un cahier des charges est ensuite rédigé en interne et servira également de base au contrat.

Une réunion d’équipe permet de lancer la production et de voir quelles sont les solutions les plus pertinentes. Le retour des techniciens va permettre aux designers d’étudier un concept qui facilitera la mise en œuvre de la production.

 


L’entreprise en quelques chiffres :

  • 47 employés
  • 13 métiers du domaine de l’automobile : designers industriels, carrossiers, ébéniste, selliers, monteurs, soudeurs, blindeurs, électromécanicien, techniciens composites, ajusteurs, tôliers, découpeur laser, magasinier.
  • 15 à 20 voitures produites/an
  • 1500 à 2000 pièces ajoutées/voiture
  • 20 à 25 techniciens aux compétences complémentaires travaillent sur chaque voiture
  • 6 à 8 mois pour produire une voiture personnalisée
  • 50 ans d’expérience

« Le design fait partie de l’ADN de l’entreprise », nous a affirmé Vincent Lambert, directeur technique.

Présent à toutes les phases de conception et de production du projet, les compétences techniques du designer et sa compréhension de chaque métier sont indispensables pour pouvoir tirer le meilleur de l’entreprise !

 

 

Article rédigé par Véronique Closon, Wallonie Design

Avec le soutien du Fonds européen de développement régional